Conseils bébé,  Ma petite vie

Ne tape pas!

J’ai longtemps hésité avant de mettre en ligne cette article car j’avais peur des jugements. Mais, je pense que beaucoup de parents sont imparfaits et font de leur mieux pour leurs enfants. « Ne tapes pas! » est pour moi une prise de conscience.

Même s’il paraît logique que taper un enfant ne se fait pas, c’est pourtant encore bien ancré dans l’éducation de nos touts petits.

Allez faisons un petit tour du côté de l’éducation bienveillante 😉

La fessée

La loi

Depuis le 22 décembre 2016 et l’adoption du projet de loi « égalité et citoyenneté ».

Le texte introduit aussi dans le code civil « l’exclusion de tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles ».

Selon l’Observatoire de la violence éducative ordinaire (OVEO), cela veut dire que « tous les actes de violence, verbaux, psychologiques ou physiques (gifler, fesser, pincer, tirer les oreilles ou les cheveux, donner des coups de pied, secouer, saisir brutalement, bousculer, pousser, contraindre l’enfant dans une position inconfortable, le priver de nourriture…) envers les enfants » sont désormais interdits. En clair : les parents ne pourront plus donner de fessées à leurs enfants.

Bon voilà, c’est posé, nous avons une loi mais très franchement qui pourra voir dans ta maison ce qui se passe??? Seul toi, peut choisir de respecter ton enfant.

Le respect

On parle de cruauté envers les animaux, de violence conjugale mais d’éducation pour les enfants !!! 🤔 La violence reste de la violence peut importe la finalité (le plaisir, l’éducation,…)

Est-ce que tu frapperais un adulte s’il renverse son verre? Bien évidemment que non. Tu risques même de dire « oh ce n’est pas grave, je vais essuyer »

Alors pourquoi frapper un enfant qui n’a certainement pas fait exprès ou qui voulait tenter une expérience ?? Surtout quand tu sais toutes les conséquences que peuvent entraîner la fessée mais également toutes les autres punitions corporelles ou humiliations…

Les conséquences

La fessée et les autres punitions corporelles, comme secouer, gifler, taper ou pincer, ont des effets négatifs sur le développement psychologique et social d’un enfant.

Pour bien se développer, l’enfant a besoin de vivre un sentiment de sécurité physique et psychologique. Et c’est d’abord auprès de ses parents qu’il trouve ce sentiment de sécurité. Ainsi, lorsqu’il est puni physiquement, l’enfant ressent de l’insécurité. Pourtant, c’est notre rôle de protéger nos enfants! Ils seront bien assez tôt en contact avec la violence.

De plus, nous sommes les modèles de nos enfants alors si nous les tapons, ils reproduirons.

Petit rappel

En dessous de 5/6 ans, l’enfant ne sait pas gérer ses émotions, il peut taper, mordre, être en colère : il est en proie aux tempêtes émotionnelles. Lorsqu’il est en proie à ces tempêtes émotionnelles, il ne faut surtout pas le gronder mais essayer de l’apaiser. Il est donc évident que tout se joue avant 6 ans. Tes actes auront des conséquences sur sa vie future.

Histoire de vie

Mon histoire

« Ne fais pas aux autres, ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse »

Je me suis répétée tellement de fois cette phrase… j’essaye de l’appliquer au maximum mais parfois le stress, la colère, enfin bref les émotions font que les mots dépassent la pensée, et parfois les gestes… une tape sur les fesses ou encore sur la main…

Ma prise de conscience

Mon grand a mis une tape à son frère. Je l’ai vu, et en retour à son geste je lui ai mis une tape sur ses fesses en lui disant : « On ne tape pas!!! »

Cela a été de suite le choc pour moi. J’interdisais à mon fils quelque chose que je faisais moi-même. Je me suis de suite excusée auprès de lui, je lui ai dit que ce n’était pas bien ce que maman avait fait et on a fait un gros câlin. Pour lui, c’était fini et pour moi c’était le début de ma prise de conscience.

Auparavant, j’essayais déjà d’appliquer une éducation bienveillante mais ce n’est parfois pas simple notamment quand tu répétes 50 fois les choses, la peur, la fatigue, le stress… Nous ne sommes pas infaillibles mais nous pouvons toujours essayer de corriger nos erreurs.

L’autre jour, j’étais en train de me promener avec les petits. Alors que l’on se préparé à partir, mon grand s’est mis à criser. Lui, voulait rester mais ce n’était pas possible. Je lui ai expliquais mais rien n’y fesait. Il pleurait, se roulait parterre, criait… Enfin bref, une bonne session d’angoisse pour tous les deux. Lui, car il avait un problème et moi car j’avais honte.

Un couple passe près de nous et j’attends la dame dire  » je lui aurai mis une claque moi et basta »

Effectivement, cela aurait été la solution de facilité, il aurait pleuré un bon coup et on serait rentré rapidement. Mais cela n’a pas été notre solution.

Mes solutions

Maintenant, pour régler les conflits :

○ Je me mets toujours à son niveau pour lui parler

○ Je lui parle toujours d’un ton calme

○ Je lui fais un câlin car c’est souvent une crise liée à ses émotions

○ J’essaye de comprendre son problème et d’y trouver une solution

○○ Si la crise est très forte et que je sens que je perds le contrôle (Oui oui ça arrive), j’applique la règle des 3 R : « Recule, Respire et Réagis », en m’isolant quelques instants pour prendre du recul ou en envoyant mon fils dans sa chambre pour un court moment, le temps que la tension baisse.

Ces solutions permettent de guider mon enfant, de lui fixer des limites en les exprimant de manière compréhensibles et adaptées à son âge. Je préfère lui dire « parle doucement » plutôt que « Ne crie pas » ou encore « ce jouet reste dans ta main » à la place de « Ne jette pas ce jouet ». En gros je lui demande des actions positives. Vous pouvez trouver sur internet de nombreux articles sur la Communication Non Violente. Ici, sur papa positive ou encore ici sur petit pousse.

Le rôle de parent s’apprend tous les jours, ce n’est pas facile mais il est de notre devoir de faire de notre mieux afin de faire de nos enfants des adultes respectueux et bienveillants. Chez nous, cela passe par le respect des autres et de notre planète.


Et toi, tu en es où ? Est-ce que cela t’arrive de déraper? Comment réagis-tu?


6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

%d blogueurs aiment cette page :